1 an d’immobilier sous Hollande

Pouvoir d’achat en baisse, crise du logement, risque de bulle immobilière, etc… Plusieurs complications ont frappé dans le secteur immobilier en France. Cependant, on peut dire que le gouvernement a su tenir ses engagements principaux durant cette première année d’activité.

En matière d’incitation à l’acquisition, le dispositif de défiscalisation Duflot qui a remplacé le Scellier est critiqué, mais reste mieux cadré que son prédécesseur (booster les offres de locations pour les familles en difficultés dans les zones tendues). Le décret d’encadrement des loyers, pour sa part, a permis de limiter la hausse des loyers dans les agglomérations de plus de 50.000 logements.

Le gouvernement a essuyé quelques échecs concernant le logement social, notamment l’invalidation de la loi qui s’y rapporte. La relance est pourtant en cours grâce à la hausse des quotas de logements sociaux, situés entre 20 et 25 % dans les communes ayant plus de 3.500 habitants. Une cession de terrains aux collectivités locales est également en préparation, pour permettre de construire 100.000 logements. Du reste, la fiscalité n’a pas connu de grands changements, dans l’attente de la réforme de l’impôt sur les plus-values.

Lire  Investissements dans l’immobilier – Comment Berlin a supplanté Londres
« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *