Location meublée : quel revenu à la clé ?

Location meublée : quel revenu à la clé ?
23 Mar
8:29

Si vous êtes à la recherche d’un appartement à louer, vous pouvez soit opter pour la location vide ou la location meublée. Cette dernière est plus avantageuse dans la mesure où elle consiste à louer un appartement directement habitable. Encore faudrait-il savoir quel revenu que cela exige. Découvrez dans cet article les essentiels à savoir sur la location meublée, et surtout quels y sont les revenus à la clé.

Qu’est-ce que la location meublée ?

On parle de location meublée lorsqu’il s’agit de donner en bail un logement qui est assez équipé pour favoriser l’habitation sans avoir à l’aménager. Cet équipement devra forcément présenter un niveau de confort acceptable. Même si ces équipements ne sont pas nombreux, il est indispensable qu’ils soient présents afin que cette gestion locative Paris puisse être considérée comme une location meublée. Il est donc nécessaire d’y retrouver :

 

  • Une literie avec une couverture
  • Des plaques de cuisson
  • Un réfrigérateur ou un congélateur
  • Une table et des sièges
  • Des luminaires
  • Une chambre à coucher
  • Des étagères de rangement, etc.

Ainsi, contrairement à une location à vide, la location meublée apparaît un peu plus chère. Aussi, s’agissant de revenus provenant de la gestion locative d’un bien immobilier, il ne faut pas oublier que ceux-ci sont imposables.

 

Quels revenus pour une location meublée ?

Selon la loi, la location meublée est susceptible de faire l’objet d’une fiscalité spécifique. De façon générale, on considère que cette dernière est très avantageuse à la fois pour le locataire, mais aussi pour le bailleur. Le revenu obtenu suite à la location meublée est fonction du fait que la location meublée est professionnelle (LMP) ou non-professionnelle (LMNP). Selon le cas, le bailleur pourra faire le choix entre 2 types de régimes de déclaration des revenus provenant de la location meublée. Il peut choisir le régime du micro-BIC ou le régime réel simplifié.

Lire  Comment changer un chauffe-eau qui fuit ?

 

En effet, il est indispensable que les revenus tirés de la location meublée soient estimés à moins de 70 000 € pour pouvoir opter pour le régime du micro-BIC. Dans le cas échéant, le bailleur devra tout simplement se tourner vers le régime réel simplifié. Si tel est le cas, il sera donc nécessaire que le contribuable calcule son revenu net imposable. Il devra par la suite déduire les frais et les charges qui sont associés à ses revenus, ce qui n’est pas le cas, si le bailleur choisit le régime micro-BIC. Ici, il ne sera pas dans la capacité de déduire lesdites charges.

 

L’exonération de la location meublée : que savoir ?

Depuis le début de l’année 2020, il est connu que tous les loyers provenant de la location meublée d’une partie de la résidence du propriétaire accessible à un prix convenable sont exonérés des impôts.

 

Autrement dit, les revenus qui proviennent de cette gestion locative sont déclarés et imposés dans la typologie des bénéfices industriels et commerciaux. Ceci également, sous un régime forfaitaire. Le bailleur pourra donc bénéficier d’un abattement estimé entre 50 et 71 % en fonction du cas. Néanmoins, il est également possible que les revenus déclarés soient imposés dans le régime réel. Il n’y aura donc pas besoin d’avoir recours à un comptable.

 

Il sera alors possible de bénéficier de cette exonération sous quelques conditions.

 

Le logement en question doit demeurer la résidence principale du propriétaire. Cette pratique consiste à ce que le propriétaire bailleur de la location meublée réduise considérablement le nombre de pièces qu’il occupe de façon personnelle. Cependant, s’il advient que les pièces sont comprises comme un logement indépendant de l’habitation principale, il ne sera pas possible pour le bailleur d’être exonéré.

Lire  Baissez votre facture fiscale en investissant en SCPI avec le régime LMNP !

 

La location meublée doit être la principale résidence du locataire. Il y a deux principales conditions pour que ce soit le cas. En réalité, il est nécessaire que les pièces louées soient sur la résidence principale du locataire. Toutefois, elles peuvent également être sa résidence secondaire, à condition qu’il donne la preuve qu’il effectue un travail saisonnier.

Le loyer doit être raisonnable. Ce n’est pas parce qu’il s’agit d’une location meublée que le loyer doit être exorbitant. Il faut en effet que ce dernier soit raisonnable afin de permettre au locataire d’y vivre. Ainsi, le loyer en Île-de-France doit être estimé à 190 € environ. Il peut être de 140 € dans les autres régions de la France.

En plus, si le montant des déductions qui ont été effectuées sur les revenus est supérieur au loyer perçu, le déficit qui sera constaté entraînera la non-impossibilité des revenus.

 

En somme, le revenu à la clé d’une location meublée dépend si cela est fait de façon professionnelle ou plutôt non-professionnelle. Aussi, du montant de ce revenu à la clé dépend le régime d’imposition que vous serez amené à choisir. Il est également possible que cette somme se voit réduite en fonction des abattements dont vous pouvez bénéficier en fonction du cas.

« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *