Quelles sont les différentes étapes d’une vente immobilière ?

Quelles sont les différentes étapes d’une vente immobilière ?
10 Juil
5:06

C’est décidé, vous êtes sur le point de vendre un bien immobilier. Quelles sont les choses à savoir pour que la vente se passe bien ? Quelles sont les erreurs à éviter ? Les étapes d’une vente immobilière relèvent à la fois du domaine juridique, financier et administratif. En moyenne, la vente d’un appartement ou d’une maison est conclue en trois mois.

1. Mandat de vente : vendre par ses propres moyens ou par une agence immobilière

Après avoir minutieusement diagnostiqué vos critères de mise en vente, vous pouvez décider de vendre votre bien immobilier par vous-même ou en faisant confiance à une agence immobilière.

Mais vous devez savoir que la vente d’un bien immobilier répond à des règles strictes. Elle requiert forcément beaucoup de temps et engage un véritable savoir-faire. Autrement dit, il faut avoir de sérieuses connaissances commerciales tout en répondant aux critères imposés par la loi. En effet, la vente d’un bien immobilier suppose obligatoirement de se poser les bonnes questions : quel mandat de vente choisir ? Mandat simple ou mandat exclusif ? Comment estimer le prix de vente ? Comment faire pour vendre rapidement ? Un projet qui engage nécessairement une profonde réflexion.

2. Les diagnostics obligatoires

Dans le cadre d’une vente immobilière, des diagnostics sont obligatoirement à prévoir. En effet, le vendeur d’un bien immobilier doit fournir des documents de diagnostic qui comportent :

– un diagnostic des installations électriques et de gaz lorsque celles-ci ont été réalisées il y a plus de 15 ans ;

– un diagnostic ERNMT (risques technologiques, naturels et miniers) ;

– un diagnostic CREP (détection de plomb) ;

Lire  Ce qu’on attend d’une SCPI pour garantir la rentabilité d’un investissement !

– un diagnostic de présence d’amiante ;

– un diagnostic de présence de parasites, d’insectes et termites ;

– un diagnostic de présence ou absence de mérule ;

– un diagnostic de l’état général du système d’assainissement non collectif ;

Lorsque le dossier est complet, il doit être envoyé au notaire avant la promesse de vente afin que le futur acquéreur dispose des informations nécessaires pour évaluer l’état du bien immobilier. À noter également que lors d’une vente immobilière d’une copropriété (avec plusieurs biens immobiliers), d’autres informations complémentaires doivent obligatoirement être apportées par le vendeur.

3. Le rendez-vous avec un notaire

Lorsqu’un prix de vente a été conclu entre le propriétaire et le potentiel acquéreur, cela ne signifie pas que le bien immobilier est vendu. Lorsque l’avant-contrat est signé, différents délais sont prévus par la loi. Comme nous l’avons mentionné en début d’article, il faut prévoir en moyenne trois mois entre la signature d’un avant-contrat et un acte de vente définitif.

Vous devez savoir également qu’un compromis de vente peut être signé chez le notaire. Mais du point de vue législatif, cela n’est pas une obligation. Autrement dit, il est tout à fait possible de signer un compromis de vente directement entre particuliers. Toutefois, avoir recours à un notaire présente des avantages. Son expérience vous assure les meilleurs conseils et il se chargera lui-même de réaliser les différents documents obligatoires. Ce qui vous évite forcément des erreurs éventuelles. Par exemple, l’omission de certaines pièces à indiquer au dossier peut entraîner l’annulation d’une transaction immobilière…

Avant de donner les clés du logement au nouveau propriétaire, le notaire doit faire lecture du contrat et le valider. De son côté, le vendeur doit avoir confirmation du virement bancaire dont le prix correspond bien évidemment à la valeur du bien immobilier négocié. Un chèque peut également être remis.

Lire  L’Insee a enregistré une légère augmentation des prix de l’immobilier

En dernière étape de la vente d’un bien immobilier, vous pourrez bien entendu sabrer le champagne pour célébrer le succès de cette aventure !

« »