Le prix de l’immobilier en France surévalué de 15%

Les prix de l’immobilier qui ont connu une baisse constante depuis 2012, restent actuellement surévalués de 15% selon une étude menée par le Crédit Agricole.

Il faut rappeler que les prix d’immobilier en 1998 ont subit un bond de 15%, une surélévation qu’on a du rattraper en partie par la baisse du taux de prêt immobilier, l’étalement du crédit sur une période plus longue et la hausse des revenus, explique Olivier Eluère de Crédit agricole. La crise économique a contribué à l’atténuation du taux de surélévation des prix immobiliers qui atteignaient encore 25% en 2008.

Le taux de baisse de prix a été évalué à -2,5% contre -2,1% en 2012. Même si cette baisse devrait continuer en 2014, le prix de biens immobiliers reste encore surévalué de 15%. Si le prix stagne à ce stade, c’est que le marché immobilier connait encore une forte demande. De plus, la décrue du taux de crédit entre autres a favorisé cette surélévation de prix malgré « le chômage élevé, fiscalité durcie, solvabilité dégradée », continue M. Eluère.

En cette année 2014, Olivier Eluère, l’économiste du Crédit agricole qui a effectué cette analyse sur la surévaluation des prix immobilier, prédit un recul de 4%. Cette décroissance affecte surtout les anciens logements, les nouveaux restent par contre stables en prix.

Même si les facteurs négatifs restent présents, ils devraient se calmer. Olivier Eluère reste positif en affirmant que « le nouveau régime fiscal des plus-values (hors résidences principales) est moins défavorable, avec notamment un abattement exceptionnel de 25 % pendant un an, qui pourrait un peu fluidifier le marché »

Lire  Pas de chute des prix de l'immobilier residentiel à prévoir selon Xerfi

Malgré la baisse de prix immobilier, les acheteurs ne seront pas avantagés car l’étude de Crédit agricole prévoit que le taux de crédit vont connaitre une hausse de 3% jusqu’à la fin de l’année.

«Si les taux obligataires remontaient fortement et si ce mouvement était ensuite répercuté sur les taux de crédit, la correction du marché pourrait devenir significative» souligne Olivier Eluère.

« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *