L’immobilier à Paris se porte mieux

Le secteur immobilier dans la capitale française ne semblerait pas encore être affecté de baisse jusqu’en février 2014. En effet durant les 2 premiers mois de la nouvelle année, aucune baisse n’a été observée par les spécialistes qui étudient le marché. Au contraire, les prix de l’immobilier dans l’ancien ont affiché une certaine hausse, soit une augmentation de 0,4% en février.

Quels sont les facteurs qui entretiennent cette légère augmentation des prix?

Depuis le début de la nouvelle année 2014, les prix de l’immobilier à Paris étaient en légère hausse. La tendance s’est réaffirmée au mois de février avec encore une augmentation de 0,4%. Les facteurs qui contribuent à entretenir ce phénomène seraient et d’un, le mouvement saisonnier (observé comme pour l’année dernière) qui fait que durant les deux premiers trimestres dans l’année, les prix sont à la hausse. Cela est expliqué par le regain d’intérêt des acheteurs pour les logements familiaux surtout dans cette période de l’année. Et de deux, les biens immobiliers d’excellente qualité irréprochable, c’est bien connu, trouvent plus facilement acquéreurs à de très bons prix. Quand la qualité est au top, les prix résistent mieux et les acheteurs sont beaucoup moins réticents.

Quels sont les éléments qui conduiront inévitablement à la baisse de ces prix ?

La baisse des prix est surtout due à la valeur des biens immobiliers mis en vente. En effet, lorsque ces derniers font partie des biens de second choix ou à la qualité plutôt moyenne, leurs propriétaires devront réajuster leur prix à la baisse pour pouvoir faire des transactions de vente. Cette réduction qui s’élève le plus souvent jusqu’à 10 à 15% ajoutera au phénomène de baisse globale des prix de l’immobilier à Paris observé en général à partir du second semestre.

Lire  Les désavantages de vivre en copropriété

Qu’en est-il de cette prévision à la baisse face aux projets de la municipalité parisienne ?

Les plans formés par les postulantes à la mairie parisienne pourraient-ils concourir à améliorer la situation du secteur immobilier dans la capitale ? En effet, ces projets viseraient à faire de Paris et ses périphéries une « grande cité ». Les travaux d’urbanisme, de construction, d’équipements, les taxes locales… devront être combinés dans ces 2 localités pour aboutir à cette homogénéité qui sera sensée améliorer l’immobilier parisien. La grande question est si cela est réellement réalisable ?

« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *